Topics

Parallels Between Ham Radio and Social Media: Lessons Learned #lessons

DMR-Ontario
 

Parallels Between Ham Radio and Social Media: Lessons Learned

By: J. Angelo Racoma (@N2RAC / DW1ZDK)

I’ve recently rekindled an interest in amateur radio, so far securing amateur operator licenses from two jurisdictions (superfluous, I agree, but an accomplishment nonetheless). In the course of my involvement in the amateur radio community, I have had some interesting observations into parallels between ham radio and social media.

Signal vs. Noise

Both mediums will require that you determine the signal from noise, and that you can adequately filter out the latter. In terms of ham radio, I’m not only talking about noise such as RF interference, but also noise coming from other users.

Where I come from, the radio bands are awash with pirates, meaning people who modulate even without licenses. This is true on both commercial and the ever-so-limited amateur bands. I’m not saying that unlicensed users are necessarily bad people. But if you listen to the discussions, it’s mostly full of nonsense and even foul language (which is prohibited in the amateur bands, by the way).

Worse, even discussions among licensed users aren’t always prim and proper. I’m not against ragchew, but I think there are more productive uses of limited resources like time, electricity and radio spectrum than useless talk.

It’s the same with social networks. Sure, most people use it to connect, and you may want to catch up with what your friends, relatives and family members are doing across the globe. But the next thing you know, you’re wasting precious hours clicking through useless clickbait and watching nonsense videos that don’t really add value to your life.

Both mediums are extremely useful, although they are also being abused in many ways.

Trolls are Everywhere

If there’s one bad effect of social media’s mainstreaming is that it also reflects the negative aspects of human nature.

I’m talking about trolls here. For every decent user on social networks, there are probably dozens, hundreds or more out there who have nothing better to with their time than intentionally ruin everyone else’s day through trolling.

The parallel in the ham radio world would be jammers or “QRM” (the Q-code word for interference). Radio communications are, by nature, open to all, and when you introduce interference from another station, then it would often be close to impossible to communicate clearly in some modes like FM. (On modes like SSB, they can be ignored, although it can be annoying.)

In most cases, the best way to address jammers is to simply not acknowledge their presence at all (don’t feed the trolls, so they say). It’s somewhat difficult if they have a stronger station than yours, and if they succeed at making it hard for valid conversations to take place.

It Can be Addicting

Amateur radio is a hobby, which means it’s something you spend time, energy and even money on. The problem is just that: you spend time, energy and money on something that may or may not add value to your life outside of the hobby. It can be draining on your resources, especially with all the equipment you might end up acquiring.

By nature, amateur radio precludes messages of a commercial nature, which means it’s not something you can directly earn from. I know some people who had gained a lot from ham radio, however — including business connections, practical engineering skills and more. And it’s a parallel with how you can find good business connections even on friends-focused social networks, and not just professional networks like LinkedIn.

Still, I have also observed that some enthusiasts are bordering on the extreme when it comes to fulfilling their passions, often spending ridiculous sums of money that could perhaps be spent elsewhere more productive.

Ham radio is by no means an inexpensive hobby. You start out with a $30 (or cheaper) China-made VHF/UHF handheld, but that’s not enough. You then progress to more expensive Japanese or American-made handheld or mobile/fixed radios. Plus you need to buy cables, connectors, antennas, meters, mounts/masts, and more. You then wish for more expensive HF setups, which can cost into the thousands of dollars.

Beyond spending money on hardware, there’s also the time aspect. To some, the hobby already becomes a lifestyle, encroaching on other, supposedly more important, activities like professional pursuits or spending time with one’s family.

Isn’t it the same with social media? For example, you might spend inordinate amounts of time in your day incessantly refreshing your feeds for something new. Or, you might find yourself spending lots of money so you can better share your updates (new smartphone for better selfies, for instance).

It’s Public

As mentioned earlier, radio communications in the amateur band are open by nature, and anyone can listen in to your conversations if they are within range (or if the propagation conditions are favorable). It’s the same with social media. Even if you are posting something meant for limited consumption, you can assume that it can probably leak out.

This means you should be careful of the information you share, both in the course of actively transmitting a message or posting an update, or in the public profile that you maintain.

You Should Learn to Listen

Amateur radio, as with most two-way radio setups, is essentially half-duplex communications. A user can either transmit or receive, but cannot do so simultaneously.

Before you talk, you must learn to listen. Has the other end completed his/her message? Do you understand the message? Do you have enough information to send a viable response to that message?

Social media has tapped into our basic desires to be seen and heard, hence the plethora of attention-seeking and attention-grabbing posts out there. Sure, it’s nice to have a medium for self-expression, but do take the time to listen, evaluate, and think before you hit “post.” Otherwise, mindless, thoughtless and sometimes trolling activity might just contribute to noise (see signal vs. noise above, as well as trolling).

Conclusion

This is by no means a comprehensive list of parallels between ham radio and social media. And I do realize that such parallels exist in other forms of communication, as well. The lesson I’d like to impart is that we should use these communications media more responsibly and contribute to productive and enjoyable interactions, rather than useless trolling and noise.

© Copyright 2016 | All Rights Reserved | PARA


Les parallèles entre le radio-amateur et les médias sociaux: leçons apprises

Par: J. Angelo Racoma (@ N2RAC / DW1ZDK)

J'ai récemment réveillé un intérêt pour la radio amateur, jusqu'à présent, obtenir des licences d'opérateur amateur de deux juridictions (superflu, je suis d'accord, mais un accomplissement néanmoins). Au cours de mon implication dans la communauté de la radio amateur, j'ai eu quelques observations intéressantes sur les parallèles entre le radioamateur et les médias sociaux.

Signal contre bruit

Les deux médiums exigeront que vous déterminiez le signal provenant du bruit et que vous puissiez filtrer adéquatement ce dernier. En ce qui concerne le radio-amateur, je ne parle pas seulement du bruit, comme les interférences radio, mais aussi du bruit provenant d'autres utilisateurs.

D'où je viens, les bandes de radio sont inondées de pirates, ce qui signifie des gens qui modulent même sans licence. Cela est vrai aussi bien sur les bandes amateurs commerciales que sur les plus limitées. Je ne dis pas que les utilisateurs non autorisés sont nécessairement de mauvaises personnes. Mais si vous écoutez les discussions, c'est surtout plein de bêtises et même de langage grossier (ce qui est interdit dans les bandes amateurs, soit dit en passant).

Pire, même les discussions entre les utilisateurs autorisés ne sont pas toujours prim et propre. Je ne suis pas contre le ragchew, mais je pense qu'il ya des utilisations plus productives de ressources limitées comme le temps, l'électricité et le spectre radio que des discours inutiles.

Il en va de même pour les réseaux sociaux. Bien sûr, la plupart des gens l'utilisent pour se connecter, et vous pouvez rattraper ce que vos amis, parents et membres de la famille font à travers le monde. Mais la prochaine chose que vous savez, vous perdez des heures précieuses en cliquant sur clickbait inutile et regarder des vidéos non-sens qui ne vraiment ajouter de la valeur à votre vie.

Les deux médiums sont extrêmement utiles, bien qu'ils soient également victimes de mauvais traitements à bien des égards.

Les trolls sont partout

S'il ya un mauvais effet de l'intégration des médias sociaux, c'est qu'il reflète également les aspects négatifs de la nature humaine.

Je parle de trolls ici. Pour chaque utilisateur décent sur les réseaux sociaux, il ya probablement des dizaines, des centaines ou plus là-bas qui n'ont rien de mieux avec leur temps que délibérément ruiner la journée de tous les autres à travers la pêche à la traîne.

Le parallèle dans le monde de la radio-amateur serait jammers ou "QRM" (le mot Q-code pour l'interférence). Les communications radio sont, par nature, ouvertes à tous, et lorsque vous introduisez l'interférence d'une autre station, alors il serait souvent impossible de communiquer clairement dans certains modes comme FM. (Sur les modes comme SSB, ils peuvent être ignorés, même si cela peut être ennuyeux.)

Dans la plupart des cas, la meilleure façon d'aborder les brouilleurs est simplement de ne pas reconnaître leur présence du tout (ne pas nourrir les trolls, disent-ils). C'est un peu difficile s'ils ont une station plus forte que la vôtre, et s'ils parviennent à rendre difficile la tenue de conversations valides.

Il peut être Addictif

La radio amateur est un hobby, ce qui signifie que c'est quelque chose que vous passez du temps, de l'énergie et même de l'argent sur. Le problème est juste que: vous passez du temps, de l'énergie et de l'argent sur quelque chose qui peut ou peut ne pas ajouter de la valeur à votre vie en dehors du passe-temps. Il peut être drainant sur vos ressources, en particulier avec tout l'équipement que vous pourriez finir par acquérir.

Par nature, la radio amateur empêche les messages de nature commerciale, ce qui signifie que ce n'est pas quelque chose que vous pouvez directement gagner. Je connais certaines personnes qui avaient gagné beaucoup de radioamateur, cependant - y compris les relations d'affaires, les compétences d'ingénierie pratique et plus encore. Et c'est un parallèle avec la façon dont vous pouvez trouver de bonnes connexions d'affaires, même sur les réseaux sociaux axés sur les amis, et pas seulement les réseaux professionnels comme LinkedIn.

Pourtant, j'ai également observé que certains passionnés sont à la limite à l'extrême quand il s'agit de remplir leurs passions, souvent dépenser des sommes ridicules d'argent qui pourrait peut-être être dépensé ailleurs plus productif.

La radio-amateur n'est pas un hobby bon marché. Vous commencez avec un ordinateur de poche de 30 $ (ou moins cher) fabriqué en Chine VHF / UHF, mais ce n'est pas suffisant. Vous progressez ensuite vers des appareils de poche ou mobiles / fixes plus coûteux japonais ou américains. De plus, vous devez acheter des câbles, des connecteurs, des antennes, des compteurs, des mâts / mâts et plus encore. Vous souhaitez alors des configurations HF plus coûteuses, qui peuvent coûter des milliers de dollars.

Au-delà de dépenser de l'argent sur le matériel, il ya aussi l'aspect temps. Pour certains, le passe-temps devient déjà un mode de vie, empiéter sur d'autres, soi-disant plus important, des activités comme des activités professionnelles ou passer du temps avec sa famille.

N'est-il pas pareil avec les médias sociaux? Par exemple, vous pourriez passer des quantités excessives de temps dans votre journée sans cesse rafraîchir vos aliments pour quelque chose de nouveau. Ou, vous pourriez vous retrouver dépenser beaucoup d'argent afin que vous puissiez mieux partager vos mises à jour (nouveau smartphone pour mieux selfies, par exemple).

C'est public

Comme mentionné précédemment, les communications radio dans la bande amateur sont ouvertes par nature, et n'importe qui peut écouter vos conversations si elles sont à portée (ou si les conditions de propagation sont favorables). C'est la même chose avec les médias sociaux. Même si vous postez quelque chose pour une consommation limitée, vous pouvez supposer qu'il peut probablement fuir.

Cela signifie que vous devez faire attention aux informations que vous partagez, que ce soit au cours de la transmission active d'un message ou d'une mise à jour, ou dans le profil public que vous conservez.

Vous devriez apprendre à écouter

La radio amateur, comme c'est le cas pour la plupart des configurations radio bidirectionnelles, est essentiellement des communications semi-duplex. Un utilisateur peut soit transmettre ou recevoir, mais ne peut pas le faire simultanément.

Avant de parler, vous devez apprendre à écouter. L'autre extrémité a t'elle fini son message? Comprenez-vous le message? Avez-vous suffisamment d'informations pour envoyer une réponse viable à ce message?

Les médias sociaux a exploité nos désirs fondamentaux d'être vu et entendu, d'où la pléthore de la recherche de l'attention et l'attention-saisissant postes là-bas. Bien sûr, il est agréable d'avoir un moyen d'expression personnelle, mais prenez le temps d'écouter, d'évaluer et de penser avant de frapper "post". Sinon, l'activité stupide, irréfléchie et parfois la traîne pourrait simplement contribuer au bruit (voir le signal vs Bruit au - dessus, ainsi que la traîne).

Conclusion

Ce n'est en aucun cas une liste exhaustive des parallèles entre le radio-amateur et les médias sociaux. Et je me rends compte que de tels parallèles existent également dans d'autres formes de communication. La leçon que j'aimerais donner est que nous devrions utiliser ces moyens de communication de manière plus responsable et contribuer à des interactions productives et agréables, plutôt que de la traîne et du bruit inutiles.

© Copyright 2016 | All Rights Reserved | PARA